24.06.2021

Bénévolat

Être bénévole aux Olympiades de la Science, qu’est-ce que cela signifie?

Lumière sur nos 350 bénévoles pour clore notre série annuelle «S’engager». Quelle langue parlent nos bénévoles, quel est leur âge et leur métier? Quelles sont leurs tâches et leur motivation et comment leur travail est-il valorisé? Et enfin, quels problèmes peuvent-ils·elles rencontrer? Enquête.

Nous avons interrogé fin décembre 2020 près de 350 bénévoles au sujet de leur travail pour les neuf Olympiades de la science. Près d’un tiers, à savoir 120 personnes, ont répondu à notre appel. L’âge moyen des participant·e·s est de 31 ans. Deux sur trois sont encore en formation ou suivent une carrière académique.  

 

Les résultats

Les Olympiades de la science sont principalement un mouvement de jeunes adultes: deux bénévoles sur trois ont moins de 30 ans, comme par exemple, Ivana Klasovita, bénévole aux Olympiades d'informatique. Cependant, nous pouvons aussi compter sur l’expérience de personnes plus âgées, comme celle des enseignant·e·s: Consultez l’entretien avec le bénévole et professeur de physique Richard Heimgartner pour en savoir plus. 

 

 

 

Si nous devions élaborer un profil type de nos bénévoles, celle-ci ou celui-ci parlerait l’allemand. Les Romand·e·s et les Tessinois·e·s sont sous-représenté·e·s, si l’on compare nos chiffres à la répartition linguistique de la population suisse (français: 22.8%; italien: 8.0 %. Source: OFS 2021). 


Parce que nous nous considérons comme une offre nationale, ce résultat nous pousse à nous questionner: comment pouvons-nous renforcer notre représentation en Suisse romande et au Tessin? Première étape: au secrétariat, nous avons désormais une responsable pour la Suisse romande, Xénia Villiers, personne de contact pour les francophones. D’autres idées et faits vous seront présentés dans le cadre de notre projet «Egalité des chances, module langage».

 

 

 

Deux bénévoles sur trois sont inscrit·e·s au sein d’une université ou d’une haute école spécialisée et y effectuent des études ou un doctorat. Sur le tiers de bénévoles qui travaillent, un grand nombre sont des enseignant·e·s. 

 

 

Pour organiser des Olympiades de la science, de nombreuses compétences différentes sont nécessaires. La plupart des tâches relèvent du domaine de l’enseignement et des examens (corrections, enseignement, surveillance d’examens). Beaucoup de temps est également investi dans l’organisation, le travail au sein d’un comité ainsi que l’administration et la communication. A cela s’ajoutent d’autres tâches que nous n’avons pas spécifiquement nommées dans le sondage (voir Autre). 

 

 

Le taux de travail d’un·e bénévole moyen·ne est équivalent à un poste de 5%. Les membres des comités travaillent plus en moyenne (178 heures). Certaines personnes travaillent jusqu’à 800 heures pour les Olympiades, ce qui représente un poste de 40%. 

 

 

 

Le plaisir, l’échange et l’adéquation avec les valeurs sont les principaux facteurs de motivation. Il semble que l’aspect “formation” ou la “plus-value” pour le parcours professionnel ne soient pas des éléments décisifs pour nos bénévoles. 

 

 

Les bénévoles trouvent que leur travail est reconnu. En premier lieu par les participant·e·s et les autres bénévoles. «Le monde du travail/l’économie» et «la société» ont été les moins souvent nommés. Une personne sur deux, respectivement une sur trois, se sent reconnue par son propre comité et par l’association faîtière. Cela nous amène à nous faire plusieurs réflexions (voir ci-après).

 

Où se situent les problèmes des bénévoles?

Après une courte analyse du sondage, qui peut aussi être considérée comme un petit feedback, nous constatons que nous devons réfléchir sur les thèmes suivants afin d’améliorer les conditions de travail pour nos bénévoles:

  • Appréciation (reconnaissance): Comment parvenir à ce que plus de bénévoles se sentent reconnu·e·s par l’association et le comité? 
  • Communication: Comment améliorer la communication entre les différentes unités d’organisation des Olympiades de la science (comité de l’association, secrétariat, comités des associations, membres des comités)? 
  • Surcharge de travail: Comment minimiser la surcharge de travail? Près d’un·e membre de comité sur cinq considère la charge de travail comme trop élevée (chez les autres bénévoles, c’est une personne sur vingt). 
  • Régions linguistiques: Comment trouver plus de bénévoles en Suisse romande et au Tessin? 

 

Nous nous réjouissons de travailler sur ces thèmes. Si vous souhaitez connaître les chiffres exacts du sondage des bénévoles, adressez-vous à Marco Gerber, co-directeur des Olympiades de la Science (m.gerber(at)olympiad.ch)

 

Sondage des résultats: Marco Gerber; Texte: Mirjam Sager; Infographies: Claudia Christen

 

Série "S'engager" 350 bénévoles travaillent avec ferveur pour les neuf Olympiades de la Science – entièrement gratuitement. Qu’est-ce que l’engagement bénévole concrètement? Nous en parlons avec des participant·es, des enseignant·es, des scientifiques et autres personnes engagées des Olympiades de la Science. 

Autres articles

Faîtière

Bénévolat: sept bonnes raisons de demander ton attestation

Les Olympiades te délivrent une attestation d'engagement en tant que bénévole. Ce papier est une preuve de ton engagement social et des compétences que tu as acquises.

Faîtière

Mathématiques

Physique

Join the MEMO22 team!

Are you still free at the end of August? Are you looking to meet new people and make new friends? Would you like to support a project for motivated high-school students that brings together like-minded people? Then you have come to the right place.

Faîtière

Philosophie

Biologie

Chimie

Géographie

Mathématiques

Physique

Économie

Linguistique

L’expert des Olympiades

Marco Gerber a travaillé pendant plus de 10 ans pour les Olympiades de la science. Il quitte le bureau pour rejoindre l'équipe de projet des Olympiades internationales de chimie qui auront lieu pour la première fois en Suisse en été 2023. Un entretien.

Faîtière

Être bénévole… mais comment ?

Qu’est-ce qu’implique le volontariat ? C’est la question à laquelle répond le Codex des Olympiades de la science. Que contient-il exactement ? Toutes les associations sont justement en train de plancher sur sa rédaction, nous explique Johannes Kapfhammer, membre du Comité directeur.

Faîtière

Trois questions à Nina Trüb intervenante pour l’association Limita

Nina l’affirme directement: son travail a du sens. Depuis 2020, elle intervient dans des formations continues sur la prévention du harcèlement sexuel pour le compte de l’association Limita. Elle coordonne notamment le Workshop “Grenzen” ouvert aux bénévoles des Olympiades de la science.

Faîtière

“J’ai été encouragée à parler de mes doutes”

Viviane Kehl a suivi le Workshop "Limites" destiné aux bénévoles des Olympiades. Dans cette interview, elle nous a explique comment ce cours a permis de libérer la parole et ce qui, à son sens, peut encore être fait en matière de prévention de harcèlement sexuel.