09.09.2021

Egalité des chances

La digitalisation a-t-elle eu un impact sur la participation des jeunes aux Olympiades?

Dans huit des dix Olympiades de la science, le premier tour se déroule actuellement en ligne. Grâce à la digitalisation, de nouveaux jeunes que nous n’atteignons pas auparavant ont rejoint les Olympiades. Mais la numérisation pose aussi de nouvelles questions.

La digitalisation des concours: un nouveau défi

Les Olympiades de la science sont hétérocyltes et il n’existe pas modèle fixe pour la mise en place des concours. En principe, les participant·e·s bénéficient d’un soutien en quatre différentes phases. Au cours de la Phase 1 (Préparation & examen) ce sont principalement les enseignant·e·s qui inscrivent leurs élèves au concours. Puis, vient la phase 2, celle des Workshops, des camps et du coaching assurée par les bénévoles des différentes Olympiades. Ils et elles sont ainsi guidées jusqu’aux finales nationales  (Phase 3) voire même aux Olympiades internationales (Phase 4)

 

 

Au cours de  la phase 1, ou le 1er tour, les Olympiades de la science poursuivent des stratégies différentes. Par exemple, l'Olympiade d'informatique initie les jeunes à la programmation avant même la première épreuve pour les préparer au concours. Environ 100 jeunes y participent. Alors que du côté de l’Olympiade de biologie, on compte en moyenne 1 400 jeunes chaque année. L'objectif est de permettre aux jeunes de confirmer leur intérêt pour cette matière en leur proposant un examen passionnant qui porte sur de nombreuses thématiques. Et concernant le niveau de difficulté des examens, chaque Olympiade a sa propre approche. Cela peut influencer considérablement le nombre de participant·e·s. 

 

Autre ombre au tableau: la numérisation ne va pas toujours de pair avec le concept d’examen. Premier exemple: celui des dissertations écrites. Nous avons toujours besoin de personnes pour corriger et noter les essais. Plus il y a de participant·e·s et de dissertations, plus les Olympiades de philosophie ont besoin de volontaires. La problématique se pose aussi pour l’Olympiade de robotique en ligne: il est difficile d'évaluer équitablement la construction et la programmation des robots.

 

Mise en oeuvre concrète de la digitalisation (Sebi’s Tool)

Sebastian Stengele est bénévole et responsable du premier tour de l’Olympiade de physique. Il a développé et mis en place un outil numérique pour la numérisation du premier tour de son association. Le résultat est impressionnant: le nombre de participant·e·s a pratiquement décuplé, passant d'une moyenne de 70 à 720. Sebastian a par la suite proposé cet outil aux Olympiades de chimie, de géographie, de mathématiques et d'économie. Il les a également soutenues dans sa mise en place.  

 

Les étudiant·e·s peuvent s'inscrire en ligne pour ensuite résoudre l'examen pendant une période déterminée. L'outil mesure le temps, calcule le score, crée des classements et des statistiques et assure la communication avec les participant·e·s et les enseignant·e·s.

 

  

 

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la vidéo de démonstration du premier tour de l’Olympiade d’économie: demo.economics.olympiad.ch

 

Faciliter la participation grâce à la numérisation

Avec la numérisation du premier tour, les effets positifs pour les Olympiades scientifiques l'emportent sur les effets négatifs. Les obstacles sont drastiquement réduits:

  • Inscription individuelle: Environ 80 % des participants ont rejoint les Olympiades de la science grâce à un·e enseignant·e·s dévoué·e·s. Avec la numérisation du premier tour, même les étudiant·e·s qui ne sont pas parrainé·e·s par leur enseignant·e peuvent s'inscrire. 
  • Une meilleure accessibilité: En numérisant le premier tour, la correction des examens peut être facilement automatisée, ce qui allège le travail des bénévoles. En d’autres termes: le nombre de participant·e·s n'est plus limité. De plus, le lieu de résidence n’est plus un facteur déterminant, puisque l’examen se déroule en ligne.
  • Anonymat: Souvent, les jeunes n'osent pas se lancer. Le format à distance permet un certain anonymat qui encourage les jeunes à participer. Tout le monde peut facilement passer le test. Dans presque toutes les Olympiades, seuls les excellents résultats sont publiés, et seulement avec l’accord des personnes concernées. De plus, la numérisation permet une évaluation objective. L'origine, les noms, le genre et l'écriture n'ont aucune influence sur le résultat.  
  • Allégement du travail des enseignant·e·s: Qui dit numérisation, dit moins de charges pour les enseignant·e·s. L'inscription et la communication avec les organisateur-rice-s des Olympiades de la science est facilitée.  Bien entendu, pour se faire les écoles doivent disposer d’une bonne infrastructure informatique. Grâce à cet aspect,  nous espérons motiver davantage d’enseignant-e-s dans le futur.  

 

La digitalisation a-t-elle amené de nouveaux obstacles?

Impossible de participer à un premier tour en ligne sans avoir accès à un téléphone, une tablette ou un ordinateur. Cet obstacle, amené de facto par la numérisation, a moins d’impact en Suisse qu'à l’étranger. 

 

Néanmoins, la numérisation a soulevé d’autres problèmes qui touchent à l'équité ou à la situation sociale. En effet, avec des examens en ligne, il y a moins de supervision et donc plus de possibilités de tricherie, dans ce contexte l’équité est-elle réellement possible ? Si la phase d’apprentissage et la résolution de l’examen se déroulent à la maison, l’environnement familial joue un rôle d’autant plus déterminant. L'atmosphère, le soutien familial, ou encore le matériel l'apprentissage seront d’autant plus impactés. Pour passer un examen en ligne, il faut non seulement un PC mais aussi un lieu de travail propice. Nous prendrons en compte ces deux aspects dans la poursuite de la numérisation au sein des Olympiades. 

A propos de l’auteur: Cyrille Boinay est co-directeur des Olympiades de la science

 

Autres articles

Informatique

Faîtière

La première édition de l'EGOI: Rapport final

La première European Girls' Olympiad in Informatics a eu lieu du 13 au 19 septembre 2021. Comment lancer une nouvelle Olympiade de science internationale ? Dans le rapport final, les organisateurs résument leurs expériences.

Faîtière

Participation aux Olympiades: Faire tomber les barrières du handicap

Notre objectif? Que tous·tes les jeunes puissent avoir équitablement accès aux offres des Olympiades de la science. Grâce à un nouveau concept, nous avons identifié des solutions pour faire tomber les barrières de l'handicap physique ou psychique ou d'une maladie chronique.

Faîtière

Immersion au coeur du 10ème International Swiss Talent Forum

Du 04 au 07 août 2021 dernier, pour la dixième édition de l'International Swiss Talent Forum, des jeunes scientifiques ont conçu des solutions qui touchent à au thème très controversé de la surveillance. Nous nous sommes glissé·e·s dans les coulisses de l’événement.

Physique

Faîtière

Elles maîtrisent bien plus que la pose d'Einstein.

Elles appliquent également les lois physiques avec brio. Les 3 et 4 juillet, elles ont eu l’occasion de mettre en pratique leurs connaissances lors d’un week-end organisé par les Olympiades de physique.

Faîtière

Le guide de rédaction inclusif des Olympiades de la science

En matière d'écriture épicène, il existe de nombreuses approches différentes. A travers cet article, les Olympiades de la science vous donne des outils pour l'utiliser au quotidien. Avec ses clés en mains, vous aurez de quoi devenir des expert·e·s du langage inclusif en un claquement de doigt.

L'alphabète inclusif de Tristan Bartolini

Faîtière

Ecrire l'égalité, c'est possible

Les Olympiades de la science recommande l’utilisation du langage inclusif dans toutes les langues nationales. Néanmoins, pour la langue française, de nombreux outils sont à notre disposition. Eclairage.