24.12.2020

Bénévolat

S’engager: Richard Heimgartner, bénévole aux Olympiades de physique

Richard Heimgartner organise les Olympiades de physique depuis plus de 20 ans. Parfois, le travail bénévole l’occupe doublement. Mais il lui apporte aussi beaucoup, raconte l’enseignant d’école cantonale en interview.

Richard Heimgartner dans sa salle de classe à la Nouvelle école cantonale d‘Aarau. (Images: Claudia Christen).

 

"Peu importe où: le principal c’est que l’on s’engage ", dit Richard.

Comment votre engagement aux Olympiades de physique a-t-il commencé?   

Lorsque j’ai commencé dans les années 1990 à enseigner à l’école cantonale, j’ai été encadré par deux professeurs de physique expérimentés, Alfredo Mastrocola et Peter Kaufmann. Tous deux s’engageaient déjà pour les Olympiades de physique à l’époque. Lorsque Peter Kaufmann a été atteint d’une tumeur au cerveau, j’ai pris la relève. L’expérience pour la finale avait déjà été concoctée, mais il ne pouvait plus la diriger.

 

Vous avez donc commencé à vous engager dans l’urgence. Qu’est-ce qui vous a motivé à continuer ces 26 années?

J’ai plusieurs motivations. Je travaille très volontiers avec les jeunes, raison pour laquelle je suis devenu enseignant. Ce qui me plaît particulièrement dans les Olympiades, c’est la fascination des élèves. On sent leur enthousiasme pour la physique, et les jeunes souhaitent être encouragé·es. C’est naturellement un enrichissement de tester et d’entraîner les meilleur·es de Suisse.   

 

Ce qui me plaît particulièrement dans les Olympiades, c’est la fascination des élèves.

 

J’aime aussi travailler pour l’association. J’ai beaucoup de plaisir à créer des épreuves, à planifier des événements et à coordonner le tout. Ça m’apporte du changement par rapport à mes cours de physique.

 

Richard Heimgartner enseigne depuis 1993 la physique à la Nouvelle école cantonale d‘Aarau. Parallèlement, il s’engage pour les Olympiades de physique.

 

Y a-t-il déjà eu des situations dans lesquelles vous auriez volontiers renoncé à votre engagement, voire qui vous auraient poussé à le laisser de côté?  

Ce n’est jamais facile d’allier le travail d’enseignant au travail bénévole. On ne travaille pas simplement de 8h00 à 17h00. Il y a des pics de travail durant le semestre où l’on doit travailler à plus de 100%. Lorsque le travail bénévole vient s’y ajouter, c’est naturellement une grande charge. J’ai déjà été amené à devoir corriger de nombreux travaux de projets et examens de l’école pendant la finale des Olympiades de physique. Cela a naturellement un effet négatif sur mon engagement pour les Olympiades. Dans ces moments, je me suis demandé pourquoi je faisais ce travail bénévole. On a beau se donner de la peine et bien planifier, on ne peut pas complètement éviter ces phases.

 

Dans la vidéo, Richard fait la démonstration d'une expérience de pendule.

A votre avis, est-ce que les enseignant·es qui souhaitent s’engager pour les Olympiades ou d’une manière plus générale pour la promotion des talents reçoivent trop peu de soutien de la part du système de formation? 

En effet, je souhaiterais que davantage d’enseignant·es s’engagent chez nous aux Olympiades de physique. Je pense que nous pourrions profiter fortement de leur savoir-faire, en particulier concernant les expériences de physique. La difficulté est que beaucoup ont déjà un taux de travail élevé, qui a été encore relevé pour économiser dans le domaine de la formation. Beaucoup rechignent à assumer des tâches supplémentaires. 

S'engager, le chiffre : 20'000 Les bénévoles des neuf Olympiades de la Science investissent chaque année 20’000 heures au total par leur engagement. En francs suisses, cela correspond à environ un demi-million. 

 

Mais ce n’est pas la faute de l’administration. Les réductions de budget dans la formation sont décidées au Parlement cantonal, au Grand-Conseil. Le Département de la formation essaie de mettre sur pied la promotion des talents avec les ressources disponibles. Dans le canton d’Argovie, par exemple, les enseignant·es reçoivent aussi un dédommagement pour leur engagement dans le programme de promotion des talents. Notre école a même un ambassadeur dans ce domaine; tout cela est défini dans le concept de promotion des talents du Département de la formation (en allemand).

 

A quel point l’environnement est-il important pour l’engagement bénévole?

La tradition selon laquelle la finale des Olympiades de physique a lieu depuis 20 ans à la Nouvelle école cantonale d’Aarau a un effet sur l’école qu’il ne faut pas sous-estimer. D’une manière générale, la direction de l’école est à cet égard très ouverte et positive. Nous pouvons par exemple y proposer des cours d’entraînement et de préparation aux Olympiades.

 

Je crois aussi qu’il est important d’avoir une équipe avec laquelle je peux collaborer, par exemple pour l’organisation. Je suis en contact étroit avec un collègue de l’école, et nous sous entendons et nous coordonnons pour les cours de préparation. Dans le métier d’enseignant·e, on travaille souvent seul·e. Il est important de pouvoir échanger et se soutenir entre collègues.

 

À propos de l'auteur : Henning Zhang étudie la physique dans son master à l'EPF de Zurich et s'engage dans l'équipe de rédaction des Olympiades de la science.

 

Avez-vous eu des situations où vous avez été fier de vos élèves ou avez eu le sentiment que votre engagement avait payé?

Il n’y a pas longtemps, j’ai rencontré une ancienne élève qui fait actuellement un doctorat dans le domaine des aérosols. Je suis physicien de l’atmosphère et je me suis autrefois spécialisé dans le même domaine pour mon travail de diplôme. Là, on se demande: est-il possible que je l’aie motivée à le faire? Il est arrivé plusieurs fois que mon enthousiasme pour la physique déteigne sur mes élèves et qu’elles/ils choisissent cette branche plus tard. Nous avons également eu les élections au Grand-Conseil il y a peu et, soudain, des ancien·nes élèves réapparaissent et s’engagent désormais en politique. Peu importe où: le principal c’est que l’on s’engage et que l’on participe activement au développement de la société.

 

Peu importe où: le principal c’est que l’on s’engage et que l’on participe activement au développement de la société.

 

Série "S'engager" 380 bénévoles travaillent avec ferveur pour les neuf Olympiades de la Science – entièrement gratuitement. Qu’est-ce que l’engagement bénévole concrètement? Nous en parlons avec des participant·es, des enseignant·es, des scientifiques et autres personnes engagées des Olympiades de la Science.

 

Pour en savoir plus: 

Autres articles

Faîtière

Le guide de rédaction inclusif des Olympiades de la science

En matière d'écriture épicène, il existe de nombreuses approches différentes. A travers cet article, les Olympiades de la science vous donne des outils pour l'utiliser au quotidien. Avec ses clés en mains, vous aurez de quoi devenir des expert·e·s du langage inclusif en un claquement de doigt.

Faîtière

Être bénévole aux Olympiades de la Science, qu’est-ce que cela signifie?

Lumière sur nos 350 bénévoles pour clore notre série annuelle «S’engager». Quelle langue parlent nos bénévoles, quel est leur âge et leur métier? Quelles sont leurs tâches et leur motivation et comment leur travail est-il valorisé? Et enfin, quels problèmes peuvent-ils·elles rencontrer? Enquête.

Faîtière

Un été engagé avec le WOLY, le magazine des Olympiades de la science

Une fois par année, nous compilons dans notre magazine les meilleurs moments des Olympiades de la science. Procure-toi dès maintenant un emplaire papier! Tu peux également découvrir les articles en ligne ou en PDF.

[Translate to Français:] Sommerlager Informatik-Olympiade

Informatique

Faîtière

Robotique

5 raisons pour lesquelles les European Girls’ Olympiad in Informatics (EGOI) sont indispensables

L’EGOI s’approche à grands pas! Ce concours international de programmation en ligne qui réunit 160 jeunes femmes de plus de 40 pays différents se déroulera du 13 au 19 juin 2021. Les bénévoles des Olympiades suisses d’informatique sont à l’origine de cet événement et l’organisent.

Faîtière

Philosophie

Biologie

Chimie

Géographie

Informatique

Mathématiques

Physique

Économie

S’engager: Martina Hirayama, secrétaire d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation

Elle connaît une quantité de jeunes talents: des apprenant-es, qui acquièrent leur métier avec enthousiasme, aux gymnastes et étudiant-es engagé-es. Martina Hirayama travaille à la Confédération et veille à ce que les conditions-cadre soient favorables à l’encouragement des jeunes.

Faîtière

3 cours de formation pour les bénévoles des Olympiades

Tu souhaites te former en tant que bénévole des Olympiades ? Nous organisons trois cours de formation sur les thèmes "Communication", "Limites" et "Enseignement". Inscrivez-vous dès maintenant !