28.04.2023

Bénévolat | Portraits

Une passionnée de maths qui défie tous les clichés

L’idée reçue: les maths ne sont que pour les nerds excentriques. Le contre-exemple: Ruhi Pungaliya. La finaliste et bénévole des Olympiades suisses de mathématiques vit entre les mathématiques, la natation et la musique. Dans son interview, elle évoque le caractère enjoué des mathématicien·ne·s, l'esprit de compétition et les échecs surmontés.

Ruhi Pungaliya (Toutes les photos : Claudia Christen)

Ruhi s'engage comme bénévole pour les Olympiades de mathématiques et prévoit d'entreprendre des études dans cette même branche.

" On remarque à peine la compétition aux Olympiades de mathématiques. Tout le monde est extrêmement sympathique, la cohésion est grande et il n'y a qu'un seul objectif commun: faire des maths! "

" Lorsque l'on aborde quelque chose de manière ludique, cela devient plus intéressant et plus captivant. "

Qu'est-ce que tu fais quand tu ne joues pas avec les chiffres?

 

Vous me trouverez probablement à la piscine. Je suis nageuse de compétition et quand je ne fais pas de maths, je suis généralement occupée à faire de la gym ou à nager. L'autre endroit où l'on a des chances de me trouver, c'est à la salle de musique où je me ressource souvent en jouant du piano.

 

Beaucoup de gens, lorsqu'ils entendent « Olympiades de mathématiques », s'imaginent un nerd stéréotypé: pas très sportif, pas très créatif et pas très sociable; plongé toute la journée dans des théorèmes. Es-tu juste une exception?

 

Je pense que ce stéréotype découle d'une vision trop étroite de ce que signifie être bon en maths. Nous consacrons beaucoup de temps à cette matière, mais nous avons bien sûr aussi d'autres intérêts et talents! Bien sûr, pendant les camps des Olympiades de mathématiques, nous restons assis pendant des heures à faire des maths - mais à côté, nous jouons aussi au foot ou à des jeux, nous allons faire du jogging, nous cuisinons les uns pour les autres... Personnellement, je pense que la diversité de mes intérêts et de mes aptitudes, c'est ce qui fait de moi une meilleure mathématicienne.

 

Personnellement, je pense que la diversité de mes intérêts et de mes aptitudes, c'est ce qui fait de moi une meilleure mathématicienne.

 

Ruhi Pungaliya a 17 ans et est en dernière année à la Zurich International School (ZIS). En août 2021, elle quitte l'Inde pour la Suisse et participe immédiatement aux Olympiades suisses de mathématiques, où elle se hisse jusqu'en finale en mars 2022. Actuellement, elle travaille comme bénévole pour les Olympiades de mathématiques et prévoit d'entreprendre des études dans cette même branche.

 

 

Est-ce que la nage te permet de te détendre ou as-tu plutôt tendance à réfléchir à des problèmes de mathématiques dans la piscine?

 

La natation me permet de lâcher prise, mais il m'arrive aussi de revenir sur un problème que je suis en train de ruminer. J'ai eu plus d'une illumination en nageant! Mais parfois, c'est aussi un temps de repos - un temps de repos nécessaire.

 

J'ai eu plus d'une illumination en nageant! Mais parfois, c'est aussi un temps de repos - un temps de repos nécessaire.

 

Pour toi, la natation est-elle plutôt une compétition ou plutôt un jeu?

 

Quand je suis à l'entraînement et que le coach nous donne une mission ou quand je suis en compétition, je pense de manière compétitive. Mais en dehors de l’eau, les relations avec les autres membres de l'équipe sont basées sur le jeu. On se parle, on se soutient mutuellement. C'est équilibré. C'est pour cela que j'y prends autant de plaisir et que j'aime autant cette activité. La natation est principalement un sport individuel, mais l'esprit d'équipe est contagieux. Nous nous soutenons et nous aidons mutuellement.

 

Et les mathématiques?

 

On remarque à peine la compétition aux Olympiades de mathématiques. Tout le monde est extrêmement sympathique, la cohésion est grande et il n'y a qu'un seul objectif commun: faire des maths! Finalement, la compétition est entre toi et le problème que tu essaies de résoudre, et non entre toi et les autres participants. C'est un environnement très sain. Si tu ne comprends pas quelque chose, tu demandes de l'aide à tes amis. Bien sûr, pendant l'examen, tu te concentres sur la résolution des problèmes, mais dès que tu quittes la salle d'examen, tout le monde te demande: « Comment ça s'est passé pour toi? », « Comment as-tu résolu cette épreuve? ». De ce point de vue-là, la natation et les Olympiades de mathématiques se ressemblent beaucoup; entre les compétitions et les examens, tout le monde est là pour s'entraider.

 

Aux Olympiades de mathématiques, les jeux de toutes sortes font partie de la culture.

 

C'est aussi très ludique. Aux Olympiades de mathématiques, les jeux de toutes sortes font partie de la culture. Lorsque j’y ai participé pour la première fois, j'ai découvert le jeu appelé « Tichu ». C'est la première chose que nous apprenons aux nouveaux participants! Il y a des tournois de Tichu, d'échecs ou d'autres jeux comme Hanabi, qui se déroulent pendant toute la durée des camps. Si tu gagnes, tu n'auras pas de médaille, mais tu pourras t'en vanter. Ou manger un morceau de dessert supplémentaire. Cela vaut la peine de se battre pour ça!

 

Il semblerait que les mathématicien·ne·s parviennent à combiner le jeu, la compétition et l'apprentissage...

 

Je pense que le jeu est important, surtout lorsqu'il faut apprendre quelque chose. Lorsque l'on aborde quelque chose de manière ludique, cela devient plus intéressant et plus captivant, ce qui peut être déterminant pour cultiver un intérêt sur la durée. Le jeu est une bonne entrée en matière, mais ce n'est pas tout.

 

« Le jeu » - thème annuel. Dans notre série, nous nous efforçons de démontrer à quel point le jeu est important dans l'apprentissage. Nous nous entretenons avec des participant·e·s et une chercheuse afin de répondre aux questions suivantes: quels sont leurs jeux et hobbies préférés? Quel rôle le jeu et la compétition ont-ils dans leur vie et leur expérience au sein des Olympiades.

 

 

Erzähl von einem Rückschlag bei einem deiner Hobbies. Wie hast du ihn überwunden?

 

Il y a quelques semaines, je me suis blessée. J'ai dû suivre une physiothérapie pendant six semaines. C'était terrible, parce qu'avant cela, j'étais en bonne voie pour améliorer mon endurance pour le 200 mètres, où l'on nage 50 mètres avec les quatre brasses.  C'est difficile, il faut de l'endurance, de la technique et de la vitesse. Mais à cause de ma blessure, je n'ai pas pu participer aux compétitions de la saison.

 

J'ai connu un revers plus important en 2019, lorsque j'ai voulu participer au championnat national en Inde. Juste avant les qualifications, j'ai contracté la dengue, une maladie grave qui s'attrape comme le paludisme, par des piqûres de moustiques. J'ai perdu toute ma condition physique et ensuite, c'était vraiment la dégringolade: je me suis blessée à l'épaule, puis j'ai eu la Covid, ensuite il y a eu des lockdowns dans tout le pays... en tout, j'ai perdu environ deux ans d'entraînement.

 

C'est à peu près à ce moment-là que j'ai déménagé en Suisse. Au début, je n'avais pas l'intention de m'y remettre. Je pensais que j'avais déjà atteint mes limites! Puis, j'ai recommencé à aller à la piscine ici et là, juste pour le plaisir, et finalement je me suis dit: « Allez. C'est mon truc ». Je me suis donc entraînée seule pendant un certain temps, puis j'ai rejoint l'équipe de l'école. Je ne suis toujours pas aussi bonne qu'avant, mais je fais de mon mieux. Cela m'a montré qu'il est possible de retrouver sa passion même en repartant d'un niveau beaucoup plus bas.

 

C'est impressionnant que tu n'aies pas abandonné à l'époque! Quels sont tes projets pour l'avenir?

 

Mon rêve est d'étudier les mathématiques à l'EPF de Zurich. Comme je ne maîtrise pas encore assez bien l'allemand, je prévois de faire une année sabbatique pour améliorer mes connaissances linguistiques. Auparavant, j'avais prévu d'étudier en Grande-Bretagne. Puis, lors des Olympiades de mathématiques, j'ai rencontré de nombreux bénévoles qui étudient à l'ETHZ et qui m'ont donné l'envie d'y aller. Ces gens sont vraiment cool!

 

Auparavant, j'avais prévu d'étudier en Grande-Bretagne. Puis, lors des Olympiades de mathématiques, j'ai rencontré de nombreux bénévoles qui étudient à l'ETHZ et qui m'ont donné l'envie d'y aller. Ces gens sont vraiment cool!

 

 

Tu as l'intention de faire de l'une de tes passions ton domaine d'études. Quelle place tes autres passions prendront-elles selon toi dans ta vie?

 

L'équilibre entre les mathématiques, le sport et la musique m'a vraiment aidé en tant qu'individu et je pense qu'il est très important pour mon développement personnel. Je continuerai à tous les pratiquer, peut-être pas au niveau compétitif. J'aimerais continuer à faire de la musique et j'espère que je pourrai rejoindre une équipe de natation.

 

Es-tu une personne qui n'aime que la piscine ou aimes-tu aussi nager dans la nature, par exemple dans les beaux lacs suisses?

 

Non, j'adore le lac de Zurich! Nager dans un lac, c'est tellement relaxant. Une randonnée suivie d'un plongeon dans un lac rafraîchissant, cela ressemble à une journée parfaite.

 

En savoir plus

 

Autres articles

Faîtière

Physique

Informatique

“Ich nehme gerne einfache Forschungsideen und mache daraus etwas Nützliches.”

Wissen ist überall. Dokumente und Datenbanken sind voll davon. Dr. Michele Dolfi beschäftigt sich bei IBM Research damit, wie wir uns in dieser Fülle von Informationen zurechtfinden. Früher war er Präsident der Wissenschafts-Olympiade. Wir haben ihn nach Karrieretipps gefragt.

Faîtière

Mathématiques

"Leur QI explose le système"

Dans le magazine suisse de la recherche scientifique "Horizons", Evelyn Ebneter et Mathys Douma des Olympiades de mathématiques racontent comment ils vivent le fait d'être doués dans certains domaines.

Faîtière

Physique

Trois questions à la Prof Lesya Shchutska, physicienne et médaillée de bronze

Lundi 30 octobre 2023, la Prof Lesya Shchutska s’est vu décerner le prix scientifique Latsis pour les recherches sur les neutrinos lourds, de nouvelles particules.

Mathématiques

Faîtière

Mathys Douma est médaillé d'or en mathématique

Mathys Douma a décroché l’or aux Olympiades internationales de mathématiques. Le jeune homme de 16 ans offre à notre pays son meilleur résultat de tous les temps. Canal Alpha a invité le champion des maths dans son studio pour l'émission "La Boucle".

Chimie

«Vielleicht ist unter ihnen die nächste Nobelpreisträgerin»

Im Regionaljournal Zürich Schaffhausen vom 17. Juli 2023 berichtet der Usterner Champion Andrin Hauenstein von seinen ersten IChO-Eindrücken und ETH-Rektor Günther Dissertori zündet die Flamme der Neugier.

Faîtière

Des Olympiades respectueuses de l'égalité des sexes. Atelier pour les bénévoles

Découvre en quoi une promotion spécifique des femmes, mais aussi des hommes, est liée à l'égalité des chances et comment répondre au mieux aux attentes des jeunes non-binaires. Nous discuterons de la mise en œuvre concrète de l'égalité des sexes au sein des Olympiades. Inscrivez-vous maintenant.