22.01.2024

Thème

Potluck for your brain

Les Olympiades de la science ressemblent à un potluck : chaque association apporte quelque chose à un buffet coloré pour le cerveau, dont les diverses délicatesses peuvent être dégustées par des jeunes talents de toute la Suisse. Cette année, cela fait 20 ans que les cinq premières associations se sont réunies autour d'une table pour fonder l'association faîtière.

Quoi de mieux à cette occasion qu'une fête avec une sélection d'ateliers et un buffet le soir ?

Attention : risque de confusion ! Nous fêterons les 20 ans de la faîtière des Olympiades de la science le 14 septembre 2024 à Berne - mais les Olympiades de la science existent en Suisse depuis presque 40 ans.

Mise en place

Lorsque l'association faîtière a été créée, les Olympiades suisses de la chimie avaient déjà 17 ans . En 1987, l'enseignant Maurice Cosandey s'était rendu pour la première fois aux Olympiades internationales de la chimie avec quatre élèves de sa classe, après qu'une invitation lui soit parvenue par des voies détournées.

 

<iframe allowfullscreen frameborder="0" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/HozqtQVUoys?si=NJxksIbVSEl5gzZK" width="560"></iframe>

 

Découvre ici comment tout a commencé à Pully.

 

En 1991, l'élève Bea Wollenmann a été la première Suissesse à se rendre aux Olympiades internationales de mathématiques et a remporté la médaille de bronze. Elle a participé seule, mais elle s'est vite fait beaucoup d'amis : "J'ai donc été 'adoptée' chaque jour par l'équipe d'un autre pays". Quelques mois plus tard, Claire von Wyss, membre du comité de l'association des parents d'enfants surdoués, a lu le rapport de Bea dont est tirée cette phrase. Peu de temps après, elle a appris par ses fils qu'il existait également des Olympiades en chimie et, depuis 1992, en informatique. 

"Il était tout simplement inimaginable pour moi que la Suisse ne participe pas plus activement, plus largement et plus 'officiellement' aux Olympiades de la science", se souvient von Wyss en 2014. "J'ai donc essayé de changer cela et j'ai invité toutes les personnes liées aux Olympiades que j'ai pu trouver à venir chez moi à Berne le 27 novembre 1993 pour une séance de brainstorming". Lors de cette réunion, un premier bureau de coordination a été créé, que von Wyss a dirigé jusqu'en 2001. 

Au lieu d'un drive commun, on échangeait encore des disquettes, mais beaucoup de choses de l'époque devraient tout de même paraître familières aux bénévoles d'aujourd'hui : Discuter des logos et des sites web, imprimer des flyers, emballer les lettres destinées aux lycées... Les tout premiers participant.e.s devenaient eux-mêmes des bénévoles dès qu'ils ne pouvaient plus participer. Même les Olympiades internationales en Suisse étaient déjà à l'ordre du jour : la candidature pour les Olympiades internationales de physique de 2016 a été déposée dès 1999 avec le soutien de la conseillère fédérale de l'époque, Ruth Dreifuss. La même année, les Olympiades suisses de biologie ont débuté.

Le buffet est ouvert !

Les cinq Olympiades de la science étaient jeunes et avaient besoin d'argent. "Une plus grande organisation serait prise plus au sérieux par les autorités, les écoles, la recherche, l'économie et les médias et pourrait également mobiliser des sponsors (...) qui, jusqu'à présent, ignoraient les Olympiades", écrit le coordinateur de l'époque, Alfredo Mastracola, dans un rapport en 2004. Cette "plus grande organisation" est devenue réalité le 19 juin 2004, lorsque la faîtière des Olympiades suisses de la science a été créée. Sa mission est aujourd'hui encore de décharger les associations de tâches certes importantes pour leur financement et leur reconnaissance publique, mais qui ne sont pas directement liées à l'organisation des concours et à l'accompagnement des participant.es. Dans ses premières années, l’'association faîtière a également initié des traditions qui perdurent, comme par exemple l'OlyDay annuel ou le magazine "Olympiads News", qui a été transformé en WOLY en 2018.

De 2004 à 2010, l'association a été dirigée par Claudia Appenzeller, jusqu'en 2008 avec Daniel Wegmann des Olympiades de biologie comme premier président. Il reviendra sur la naissance des Olympiades de la science lors de la fête d'anniversaire.

 

Année après année, de jeunes talents suisses se sont désormais rendus à des concours dans le monde entier. En 2013, le monde est venu chez eux lorsque les Olympiades internationales de biologie ont eu lieu en Suisse. En 2016 et 2023 ont suivi les Olympiades internationales de physique et en 2023 les Olympiades internationales de chimie. En outre, des Olympiades régionales et virtuelles ont été organisées en Suisse, notamment les European Girls' Mathematical Olympiad 2017, les Olympiades de mathématiques d'Europe centrale 2012 et 2022 ou les European Girls’ Olympiad in Informatics, ou EGOI, créées en 2021 par des bénévoles des Olympiades suisses d'informatique et déjà accueillies depuis en Turquie et en Suède.

 

Diversité et unité

Dès le début, les Olympiades de la science ont tenu à ce que le potluck ne devienne pas trop uniforme et que toutes les associations puissent conserver leurs spécialités. Ou comme l'a formulé Alfredo Mastrocola en 2004 : "Il ne faut influencer la méthode de travail et la structure des différents groupes que formellement pour ne pas mettre en péril leur fonctionnalité harmonieuse".

Ces dernières années, les Olympiades de la science n'ont cessé de relever ce défi. Les Olympiades de philosophie, créées en 2006, ont été les premières lettres et sciences humaines à devenir membres associés. Ont suivi les Olympiades de géographie, la World Robot Olympiad (seul concours par équipe s'adressant également aux jeunes enfants), les Olympiades de linguistique et les Olympiades d'économie. Cette dernière a été organisée par l'organisation YES, dont les différences structurelles avec les autres associations ont suscité de nombreuses discussions.

Entre 2015 et 2022, cinq nouvelles associations ont été admises comme membres de l'association. "Il y a beaucoup de travail derrière, l'intégration de chaque nouvelle Olympiade dans l'association a été très intense”, raconte l'ancien co-directeur Marco Gerber. “On a beaucoup discuté et c'est justement ce que je trouve beau dans une association : on doit toujours se remettre en question : qui sommes-nous, qui voulons-nous être ?"

Ces questions se sont également posées lorsque les Olympiades de la science se sont mises à la recherche d'une nouvelle corporate identity. Avec les logos dans l'anneau noir et un nouveau site web, les Olympiades de la science se sont présentées à partir de 2018 de manière plus unie vers l'extérieur - et pas seulement vers l'extérieur : "Je pense que le processus a rapproché les différentes Olympiades", dit Marco Gerber.

On mange aussi avec les yeux : Cyrille Boinay, co-directeur, raconte le chemin vers le corporate identity.

 

Au cours des 20 dernières années, les Olympiades des sciences ont connu une croissance rapide : le choix des disciplines a doublé, le nombre de participants au premier tour a décuplé. Six employés au secrétariat s'occupent de tâches qui étaient déjà à l'ordre du jour en 2004 - collecte de fonds, finances, marketing et communication - et soutiennent également les associations en vue d'objectifs tels que l'éducation équitable ou l'élaboration du code des Olympiades, le dénominateur commun pour les bénévoles de toutes les disciplines.

 

Promouvoir la conscience de faire partie d'un mouvement : le co-directeur Cyrille Boinay raconte le chemin vers le code des Olympiades.

 

En 2024, le comité, composé de représentant.e.s des dix associations, élaborera une stratégie commune pour les quatre prochaines années. Cela nous permettra d'imaginer à peu près à quoi pourraient ressembler les Olympiades de la science dans quatre ans. Quant à savoir à quoi elles ressembleront en 2044, on ne peut que spéculer. Mais une chose est sûre : le 14 septembre 2024, ce sera la fête !

Autres articles

Informatique

Faîtière

Souvenirs: Priska, Informatik-Olympiade

Zur Feier des 20-jährigen Jubiläums der Wissenschafts-Olympiade zeigen Volunteers ihre liebsten Souvenirs. Im ersten Teil erklärt Priska, warum Informatikerinnen und Informatiker manchmal mit Quietscheentchen sprechen und wer "Duck Vader" ist.

Mathématiques

Sélection IMO 2024

Le tour de sélection 2024 des Olympiades mathématiques suisses est maintenant terminé !

Physique

Women's Weekend des Olympiades de physique - inscris-toi maintenant jusqu'au 14 juillet !

Un week-end de physique pour les élèves des écoles cantonales du 6 au 8 septembre 2024 à Zurich. Aucune connaissance préalable en physique n'est nécessaire et c’est gratuit! Nous allons résoudre des défis, faire des expériences, visiter un laboratoire et bien sûr, nous nous amuserons beaucoup.

Faîtière

Solve the anniversary crossword and win a prize!

After having been part of the International Chemistry Olympiad 2023 in Zurich, the mascot of the Swiss Chemistry Olympiad is looking for a new adventure. For the 20th anniversary of the Science Olympiad, he decided to challenge himself in all ten disciplines. Help him to win them all!

Faîtière

L'édition anniversaire du WOLY

Il y a des amuse-bouches d’histoire des Olympiades de la science et d’autres voyages au travers du temps, comme le développement du cerveau ou des souvenirs de nos bénévoles. Notre regard n’est pas uniquement tourné vers le passé, nous célébrons également le présent - et le futur.

Faîtière

On cherche ton object olympique

Tu as un souvenir d'une Olympiade de la science avec une histoire unique ou intéressante ? Montre-le nous dans la mini-exposition lors de la fête du jubilé le 14 septembre à Berne.